Transports : des déplacements plus respectueux de l’environnement

Les scandales des conducteurs d’automobile concernant les moteurs de voiture diesel truqués ont touché un point sensible. La problématique du transport qui pollue l’environnement est de plus en plus au cœur du débat public. Comment assurer le transport au quotidien tout en maintenant au-dessous du seuil toléré le taux d’émission de gaz à effet de serre ? C’est la question que se posent aussi bien les constructeurs automobiles que les abonnées aux transports publics.

 

Comme on le sait, les voitures sont les principales sources d’émission de pollution avec environ 35 % de l’ensemble des pollueurs. Sur ces 35 %, les véhicules de particuliers contribuent pour plus de 50 % aux émissions de gaz à effet de serre. Heureusement, les autorités compétentes misent sur les incitations fiscales et les éco-gestes dans la recherche permanente de la réduction de la pollution.

 

Au niveau européen, les normes en matière de rejet de pollution (CO2) sont très strictes. Par exemple, le parlement européen a mis en place une règlementation en février 2014 dont le but est la réduction à 120 grammes de CO2 rejeté par voiture à chaque kilomètre parcouru pour l’année 2015 et 160 grammes par kilomètre à l’heure actuelle. Encore mieux, l’Europe table sur une réduction de la pollution à 95 grammes par kilomètre parcouru d’ici 2020. Ces chiffres représentent des moyennes, car l’ensemble des constructeurs automobiles peuvent continuer à concevoir de gros bolides tout en construisant des modèles de voitures plus sobres dont l’émission de pollution est optimisée.

 

Dans l’hexagone, les autorités publiques incitent les conducteurs à préférer des véhicules très économes pour un transport respectueux de l’environnement. Pour ce faire, elles ont mis en place l’étiquette énergie qui indique la consommation et les émissions de gaz à effet de serre. Depuis 2006, ces étiquettes s’affichent sur tous les véhicules neufs dans tous les concessionnaires. Celles-ci indiquent pour chaque véhicule la consommation de carburant pour les 100 kilomètres ainsi que l’émission de CO2 en grammes pour chaque kilomètre parcouru. Des séries de classes catégorisées par diverses couleurs permettent de distinguer les moins pollueurs des véhicules plus émetteurs : classe A (verte), classe G, etc.

 

Concernant les gestes à adopter pour la réduction de CO2, il s’agit d’adopter des habitudes plus ou moins simples. Par exemple, la voiture ne doit pas supporter des charges lourdes pour optimiser la consommation de carburant et donc la réduction de gaz nocif à l’organisme. De même, les conducteurs doivent envisager de conduire régulièrement avec douceur en évitant les coupes de freins brusques. Quand le véhicule se trouve à l’arrêt pour plus de 30 secondes, le moteur doit être coupé. D’autres éco-gestes à adopter pour rendre le transport plus éco responsable :

 

— regonflage régulier des pneus

 

— choix des raccourcis ou regroupement des transports sur un même itinéraire

 

Bien évidemment, le plus important est d’opter pour un véhicule hybride ou totalement électrique pour réduire considérablement l’émission de CO2. Question de bon sens, il est conseillé de varier les modes de déplacement en alternant voiture, moto et même vélo.

 

http://www.planete-energies.com/fr/medias/decryptages/transports-des-deplacements-plus-respectueux-de-l-environnement

 

https://www.primesenergie.fr/guide-energie/eco-gestes